Aller au contenu principal
Madd logo
Madd logo

Musee des Arts decoratifs et du Design de Bordeaux

musée des Arts décoratifs
et du Design de Bordeaux
nous contacter

39 rue Bouffard,
33000 Bordeaux
vous y rendre

Ouvert de 11h – 18h
fermé mardis et jours fériés
(ouvert 14 juillet et 15 août)
horaires et tarifs
 

Billetterie
Image extraite du film "Nothing will ever stop the music", 2022<br/>
Image extraite du film "Nothing will ever stop the music", 2022
installation, exposition

Nothing will ever stop the music

du 07.07.2022
au 12.09.2022

Première présentation de l'installation vidéo réalisée par Max Pugh et produite par Jill Silverman van Coenegrachts.
Présentée en collaboration avec le salon BAD+.

Vernissage : mercredi 6 juillet à 19h

Projection spéciale et rencontre avec le réalisateur le samedi 9 juillet de 10h à 12h

Cette épopée unique de deux heures associe des éléments de narration, d'histoire personnelle et de voyage avec l'histoire de la Terre. Le réalisateur a constitué pendant de nombreuses années un matériel visuel et sonore unique sur sa relation avec la planète, qu’il commence à rassembler et articuler quelques jours après le début de la pandémie.

Nothing will ever stop the music (Rien n’arrêtera la musique) nous invite à réfléchir sur notre condition humaine dans ce monde fragile que nous avons presque ruiné dans notre quête de tout.

« J'ai passé les quatorze dernières années à rassembler du matériel visuel pour un film documentaire expérimental sur ma relation avec la planète. Ce fut un processus généralement agréable et inspirant, mais ce n'est qu'à mon réveil, quelques jours après le début du confinement imposé à tous par la pandémie, que j'ai réalisé que le moment était venu pour moi de commencer à transformer ma collection mondiale d'images et de sons en l'œuvre d'art que j'avais imaginée toutes ces années.

Interdit de s'éloigner de plus d'un kilomètre de ma maison par le gouvernement français, j'ai regardé ma valise roulante immobilisée, et j'ai pensé au lien entre mes images postapocalyptiques des cimetières d'avions dans le désert de l'Arizona prises en mars 2017, et les images d'actualités quotidiennes en mars 2020 de 96% des avions de ligne du monde désormais cloués au sol. Autant d'ailes d'aluminium coupées me montrant une façon de vivre différemment, de ralentir et de me reconnecter à mon environnement immédiat, plutôt que de courir constamment après le temps et l'espace.

Je me suis souvenu que mon environnement immédiat avait été choisi par les tout premiers artistes ; les peintres-poètes paléolithiques des grottes de Lascaux et de Pech Merle. Les liens que je commençais à établir dans cette nouvelle zone représentaient une occasion d'arrêter de donner un sens à tout et d'abandonner complètement l'idée d'une narration conventionnelle. J'ai constaté que mon attention aux détails s'était accrue et que ma perception de la réalité était ouverte à bien plus que ce que j'avais mis dans ma "thèse" initiale.

Je me suis souvent rappelé que l'histoire de notre planète, et maintenant de notre humanité, continuera d'être ponctuée par une succession d'événements d'extinction. L'anéantissement de l'humanité a longtemps fait partie de ma vie : d'abord la menace de "destruction mutuelle assurée" pendant la guerre froide, puis le changement climatique et, plus récemment, la pandémie. Mais si s'inquiéter de ces hyperobjets n'était qu'un prétexte ? Et si la perspective de tout perdre m'avait en fait incité à célébrer ce qui était devant nous pour en profiter, plutôt que d'explorer mes peurs existentielles, ou d'examiner les causes de notre destruction éventuelle ?

Dès mon plus jeune âge, j'ai été fasciné par les cartes, dont je voulais explorer et concrétiser chaque recoin. Cette dérive s'est accentuée d'année en année, et mon outil de choix de psycho-géographe allait toujours être un appareil photo. J'étais conscient de mon privilège et constamment étonné par la liberté dont je disposais pour explorer le monde. Lorsque j'ai commencé à penser à ce film en 2006, j'avais imaginé que nos dirigeants seraient bientôt contraints de clouer au sol les avions de ligne du monde entier en raison de l'urgence climatique. Je n'avais pas prévu le virus.

Raison de plus pour mener à bien le projet que j'avais engagé quatorze ans plus tôt, non seulement pour mon filleul Benjamin, mais aussi pour mes propres enfants qui sont nés depuis, et tous les enfants d'ailleurs.

Je suis allé au bout du monde pour mieux comprendre la fin du monde. Je savais qu'il s'agissait d'un voyage moral ; un aveu de l'existence d'une moralité collective et individuelle et de l'urgence de tirer les leçons du passé.

Mais même en contemplant l'abîme, et rongé par la culpabilité, je ressentais une sorte d'extase en me déplaçant dans le monde. Les voyages me procuraient un puissant sentiment d'anonymat. La déconnexion et la dislocation ont donné lieu à des rêves et à une prise de conscience accrue des "choses qui font vibrer le cœur", mais j'ai également ressenti un appel à une histoire d'origine, un besoin de connexion et un besoin de venir de quelque part. Il en découle quelque chose de profondément personnel et, je l'espère, de très honnête.

Il s'agit donc d'un film sur le début du temps, la fin du monde et l'interconnexion de toutes les choses entre les deux, mais c'est aussi un film sur l'amour.

Dans toutes ces fins, il y a de nouveaux commencements. »

Max Pugh

Voir programme complet

Informations pratiques

PARTAGEZ VOTRE VISITE
#madd_bordeaux