Skip to main content
Madd logo
Madd logo

museum of decorative Arts and Design

musée des Arts décoratifs
et du Design de Bordeaux
contact us

39 rue Bouffard,
33000 Bordeaux
access to the museum

Timetable 11 am - 6 pm
Closed on Tuesdays and holidays
(open on July 14 and August 15)
opening hours and admission

Ras le bol

Bol à punch sur présentoir, XVIIIe siècle, porcelaine et bois sculpté<br/> &copy;  madd-bordeaux - L. Gauthier
Bol à punch sur présentoir, XVIIIe siècle, porcelaine et bois sculpté
© madd-bordeaux - L. Gauthier

 

Ras le bol, la coupe est pleine, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase ! L’époque contemporaine utilise ces trois expressions indistinctement pour qualifier une situation qui met à mal la patience de quelqu’un et le pousse dans ses derniers retranchements. L’image est assez évidente : celle d’un récipient dont le contenu menace de déborder à la moindre petite goutte (contrariété, difficulté, malchance…) supplémentaire. Cependant, ces trois objets – le bol, la coupe, le vase – ont, à l’origine, des usages bien différents qui pourraient apporter de subtiles nuances à l’emploi de l’une ou l’autre de ces expressions.

Commençons par le bol. Aujourd’hui, ce récipient est indifféremment destiné à la consommation des boissons sucrées du petit déjeuner (thé, chocolat, café, lait) et à celle de la soupe ou du potage. Mais cette polyvalence est relativement récente. Le mot – et l’objet – ne se diffuse en France qu’à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle1 lorsqu’apparaît le punch, une nouvelle boisson à base de rhum issu du sucre de canne dont le commerce s’intensifie avec les Antilles. Cette boisson arrive sur le territoire français en passant par l’Angleterre où le « bowl of punch » devient rapidement à la mode. D’une langue à l’autre, ce « bowl of punch » traverse la Manche mais sa prononciation est déformée. Ainsi, en France, on porte aux nues le « bolleponge » anglais, breuvage extraordinaire servi dans un grand récipient profond en forme de demi-sphère. Le bol est né. Et contrairement à l’objet individuel que l’on connaît aujourd’hui, il désigne, durant la majeure partie de l’époque moderne, un récipient collectif destiné au service de cette boisson alcoolisée. Donc, quand ce bol est rempli au ras et qu’il menace de déborder, il connote également l’excès.

Les boissons chaudes étaient, quant à elles, servies dans des tasses, et le potage – ou bouillon – dans une écuelle, récipient moins profond et plus large que le bol. L’écuelle est, étymologiquement, une petite coupe (du latin « scutella »). La coupe est un verre à boire de forme arrondie ou évasée, ordinairement plus large que haut et muni d'un pied2 . C’est un récipient individuel et quand la coupe est pleine, il faut « la boire jusqu’à lie », autre expression bien connue qui signifie endurer une souffrance, un malheur dans toute son étendue. Contrairement au « ras le bol », la coupe pleine fait plus référence à un combat personnel, intérieur, contenu.

Si le bol menace de déborder, si le contenu de la coupe est absorbé jusqu’à l’écœurement afin d’éviter qu’il ne déborde, le vase, quant à lui, ne se contient pas. Il finit par déverser le liquide qu’il renferme, et ce en raison d’une tout petite goutte, « provocation ultime, et peut-être en soi la moins irritante qui transforme une difficile patience en colère furieuse3 ». Le vase est le récipient par excellence. Il peut contenir tout type de liquides - du vase pour transporter le vin au vase de nuit, en passant par le vase destiné aux fleurs, auquel on a aujourd’hui réduit son usage – mais également des matériaux solides, comme le grain. Dans certaines civilisations, il renferme même les viscères des momies. C’est donc un récipient de conservation, d’où l’idée latente, dans l’expression, de patience, d’endurance qui finit par lâcher de manière injustifiée en raison d’un événement mineur.

1 Article « bol », sens n° 2, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales https://www.cnrtl.fr/etymologie/bol
2 Article « coupe » sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales https://www.cnrtl.fr/definition/coupe
3 Marc Fumaroli, Le Livre des métaphores, Paris, éditions Robert Laffont, 2012, p. 462.