Aller au contenu principal
Madd logo
Madd logo

Musee des Arts decoratifs et du Design de Bordeaux

musée des Arts décoratifs
et du Design de Bordeaux
nous contacter

39 rue Bouffard,
33000 Bordeaux
vous y rendre

Ouvert de 11h – 18h
fermé mardis et jours fériés
(ouvert 14 juillet et 15 août)
horaires et tarifs
 

arts décoratifs

De David Johnston à Jules Vieillard, l’ivresse Darrigade

Cycle d'invitations à des collectionneurs particuliers

du 13.05.2015
au 09.09.2015

« Sans être complète car rien n’est jamais complet, notre collection est aujourd’hui suffisamment riche pour être montrée au public, et cela nous réjouit ».

Depuis près de vingt-cinq ans, Laurence et Jacques Darrigade poursuivent, en effet, le rêve un peu fou de constituer un ensemble de faïences fines et de porcelaines qui soit un miroir de ce que la manufacture Vieillard a produit au XIXème siècle.

Aujourd’hui, ils ont tant de pièces qu’elles ont envahi avec bonheur la maison, jusque dans la cuisine et les salles de bain. Pas un interstice vide, comme le montre le film réalisé pour l'exposition afin de permettre au visiteur de pénétrer dans cet univers exceptionnel.

Si, par habitude, on parle à Bordeaux de « Vieillard », l’histoire de la faïence fine bordelaise se constitue en réalité en plusieurs étapes.
Elle démarre avec un artiste de génie, Boudon de Saint-Amans, qui découvre en Angleterre les procédés de fabrication de la faïence fine et entreprend de les réinventer sur le sol français. C’est autour de ses savoir-faire que se fonde la première manufacture de faïence fine bordelaise, Lahens et Rateau, qui sera en production dès octobre 1830. Elle ferme vraisemblablement ses portes en janvier 1833, mais l’activité sera relancée en 1834 par David Johnston. S’associant à son tour avec le spécialiste Boudon de Saint-Amans, David-Johnston, irlandais d’origine, maire de Bordeaux en 1838, ambitionne de doter la ville d’une industrie importante. Mais en dépit d’investissements financiers importants et des succès qu’elle remporte, la manufacture se trouve dans une situation critique. La liquidation de la société est prononcée en 1844. Il est alors proposé à Jules Vieillard, collaborateur de David Johnston, de constituer une nouvelle société, créée en février 1845 sous le nom de Jules Vieillard et Cie. La faïencerie, installée dans les anciens moulins des Chartrons, quai de Bacalan, continue ainsi de fonctionner.

Jules Vieillard meurt en 1868, après avoir diversifié et développé la production jusqu’à lui donner une dimension industrielle. Ses deux fils, Albert et Charles, prennent la suite. Ils font venir Amédée de Caranza, autre artiste de génie, maître des émaux en reliefs, qui renouvelle le vocabulaire ornemental de la manufacture.
Après la mort de Charles, c’est Albert qui décède deux ans plus tard, en1893.
La faïencerie fermera définitivement ses portes le 20 août 1895.

C’est cette longue et complexe histoire, où se mêlent l’art, l’économie et le commerce, que raconte la collection de Laurence et Jacques Darrigade.

Commissaires de l'exposition
Constance Rubini, directrice du musée des arts décoratifs et du design
Camille Perrot

Scénographie
François Bauchet

Signalétique
SpMillot, Paris

Le musée des Arts décoratifs et du Design remercie :

La Ville de Bordeaux et le musée des Arts décoratifs et du Design
adressent tous leurs remerciements à Laurence et Jacques Darrigade
pour leur grande générosité.

Ils souhaitent également vivement remercier

Château Haut-Bailly
Mécène d’honneur

Fraysse & Associés
Partenaire fidèle

Les Amis du musée des Arts décoratifs et du Design
Air France
Le Chapon Fin
Château de Launay
Château Nairac
Grand Hôtel de Bordeaux & Spa
Samsung
Télérama